dytopia-tatouage

TATOUEUSE À TOULOUSE

Dystopia:

Dystopia Tinta est la signature de l’artiste tatoueuse Anaïs Pradal. Après des études d’arts plastiques, d’arts appliqués et un BTS Design de Mode à Paris, sa pratique se construit autour de la création de costumes, du dessin, la peinture, la sculpture, la photographie.

A cette époque elle fréquente le milieu underground et de nombreux artistes et performers d’art corporel, ce qui la conduit à s’initier à l’art et la technique du tatouage de manière autodidacte en 2013.

Sa vision du tatouage est rigoureuse, humaniste et spirituelle, son intention est de permettre à ses clients de se sentir plus forts, plus proches de ce qu’ils veulent être ou exprimer, ses tatouages agissant comme des talismans de protection.

Son univers s’inspire du tatouage traditionnel, des arts graphiques, son style est orienté blackwork avec des possibles touches de rouge ou jaune, dans une atmosphère mystique et tribale. Ses influences viennent du monde du cirque, de la magie, du tarot, de la vie urbaine nocturne, du cinéma, de la musique, des émotions et des croyances ancestrales.

Récemment de nouveau installée à Toulouse, elle vivait et travaillait ces dernières années entre La Havane, Medellín, Mexico et Barcelone, son style apparaît fortement marqué par ces expériences et le folklore de ces cultures.
Ses compositions revisitent les symboles et les éléments classiques du tatouage, sa volonté est de créer des pièces adaptées à la demande du client selon son histoire et sa personnalité, et ainsi faire des propositions esthétiques, harmonieuses, puissantes et intemporelles qui resteront pertinentes dans l’avenir.

Elle aime travailler des pièces de toutes tailles, et tout ce qui est lié à la ligne autant dans ce qui est très construit ou bien abstrait, la typographie, les textures, des éléments comme les cœurs, poignards, portraits de femme, soleils, lunes, oeils, serpents, tigres, oiseaux, pin-ups, roses, têtes de mort, poupées russes, scorpions, étoiles, coquillages, papillons...