sadink tatoueur

TATOUEUR À TOULOUSE

SAD'INK:

Sad'ink, ou Yohann de son nom indien, a été élevé par une meute de loups dans les marécages des terres désolées du Mordor. Les orcs enragés et autres créatures des ténèbres, ne cessèrent d'essayer d'attraper Sad'ink pendant tout son enfance, sans succès. Lui, passait le plupart de son temps à griffonner le monde qui l'entourait , loup, cerf, renard, c'est dès son plus jeune âge que lui vient cette passion pour les motifs animaliers ou autres créatures démoniaques.

En pleine ballade sur les terres du milieu, un magicien céleste repéra notre artiste en herbe, et le prit sous son aile. Celui-ci n'était qu'autre que Gandalf le blanc. La rumeur raconte que Sad'ink fut le premier à se voir confier la destruction de l'anneau, mais préférant la cervoise et les naines de la contrée adjacente, celui n'honora jamais sa mission.
Il commença à tatouer dans des caves des peaux de cochons, mais accumulant les dettes de cervoise dans les tavernes des nains, il finit par tatouer les nains et hobbits de passage pour payer son ardoise.

Sad'ink a été fortement influencé par deux grands courant, d'une part des artistes tatoueurs tels que Léa Nahon, sad Amish et de Yann black , et de l'autre part par les comics, la bande dessinée et par ses mercredis après-midi devant le club Dorothée. Naturellement ses créations se scindèrent en deux. Une partie plus "croquis-mignon" ( lignes fines et ombrages doux) et l'autre plus "dark" (lignes fortes, applats de noir et dot).
Ses thématiques préférées sont les animaux, l'univers geek et manga, le géométrique ou l'érotique et BDSM (regardez dans google si vous cherchez une définition), mais n'hésitez surtout pas à lui parler de vos projets, il aime vraiment être mit au défi et reste ouvert à toutes les demandes.

Son addiction au kébab sauce mayonnaise, et son écoute frénétique des best of de Jeanne Mass, le transformèrent quelque peu en une goule informe mais doué dans le tattoo. Sa technique et sa maitrise des lignes le firent voyager au quatre coins des terres du milieu, des palais elfs aux grottes naines.

Aujourd'hui Sad'ink est un être lunaire entre créature mythologique et humaine, qui aime passer son temps dans des mondes parallèles peuplés de Targaryenne et autres supers héros. C'est en 2018, qu'il croisa la route d'un fameux dresseur pokemon, Max Toyer, qui finit par l'attraper au bout d'une dixaine de pokeball.
C'est ainsi que Sad'ink rejoint l'équipe de la Sorry family à Toulouse, où il exerce aujourd'hui.

« Du permanent qui n'est que de passage, un instant à peine un peu plus long que toute une vie, le tatouage c'est l'illusion du durable sur de l’éphémère. Respice post te! Hominem te esse memento! »